En utilisant des courants à haute fréquence, la técarthérapie traite les douleurs articulaires aux épaules, mains, hanches, colone vertébrale, genoux.

Chaque pathologie requiert une modalité d'application différente; c'est pourquoi le savoir-faire du kinésithérapeute est de rigueur.


Técarthérapie

Pourquoi la técarthérapie?

La técarthérapie réduit les tensions musculaires et les inflammations. Par  d'autres cas, elle rééquilibre la membrane dans les cellules présentes dans la zone traitée. Beaucoup l'utilisent aussi en traitement pré ou post-opératoire d'une chirurgie esthétique. Elle permet d'accélérer le processus de résorption des hématomes.

Néanmoins, la técarthérapie est contre-indiqué pour les femmes enceintes, les personnes présentant des tumeurs et portant des implants électroniques.

Déroulement d'un traitement de tecarthérapie

Cette technique nécessite un appareil générateur de courant, une plaque (qui fera office d'électrode) placée sur le corps du patient et une électrode placée dans la main du kinésithérapeute. L'objectif est de rétablir le fonctionnement biologique en produisant des effets biochimique, thermique et mécanique. Le kinésithérapeute utilisera aussi une pommade pour effectuer un massage sur la zone et faciliter la conduction du courant.

Le type de circuit utilisé dépendra de la zone à traiter; selon quelle soit :

  • Capacitive, il d'agit des zones superficielles et molles, ou
  • Resistive, les zones qui laissent passer moins d'énergie: les tissus osseux, les cartilages, tendons...

logo yann bourrel

Que soigne la técarthérapie? 

La técarthérapie s'avère particulièrement efficace pour traiter :

  • entorses
  • tendinites
  • bursites
  • lésions des tendons et lésions musculaires
  • traumatismes osseux et ostéo-articulaires
  • ostéoporose
  • rééducation post-chirurgicale
  • métatarsalgie
  • douleurs musculaires
  • pubalgie
  • pubalgie
  • œdèmes
  • hématomes
  • gonalgie
  • lésion du ligament croisé antérieur
  • lésion du ligament  croisé postérieur
  • ténosynovite sténosante
  • hallux valgus
  • coxarthrose
  • lésions du cartilage du ligament triangulaire du poignet
  • lésions des tendons
  • épicondylites
  • epitrochléites
  • douleurs musculaires ​​​​​​
  • œdèmes
  • lombosciatalgie
  • cicatrices
  • traumatismes sportifs
  • tendinopathie rotulienne
  • dysménorrhée
  • capsulite rétractile ou syndrome de l’épaule gelée
  • fracture du fémur
  • fracture de l’acétabulum
  • fracture de la clavicule
  • fracture du calcanéum
  • cervicalgie
  • gonarthrose
  • fasciite plantaire
  • lombalgie
  • hématomes